Le Saule Pleureur Chante (The Weeping Willow Sings by Douglas Gilbert) traduction française par Nanehlala

Le Saule Pleureur Chante

      par Douglas Gilbert
  traduction française par Nanehlala

Coups de feu obsédants
Tristesses débordantes
Noirceurs, Basiji,
Ecoute ma Neda qui dit
Mon cœur me pince
J’entends chanter dans les feuilles
Les branches mouvantes
Paradant les libertés
Comme un triste rêve vert
Les rouges d’automne, en avance.
Mais des rivières de sang
Les yeux béants
Un cauchemar dans la rue Kargar
Le monde un écran amer
J’entends ma Neda chanter:
Ça m’a brulé
Mais je ne peux même pas la pleurer
Devant la mosquée Niloufar
L’Ayatolla rit de mon chant, mais
Ses secrets ne m’étonnent plus
Son satanisme est flagrant
Ce que mon cœur chante est la seule vérité et
Qu’il ne se soit pas rappelé sa mère
Me brule
L’Ayatollah n’est pas une femme, pas un homme
N’ayant jamais eu de bébé
Et ignorant des mises au monde
Il ne sait rien du cri
De la liberté
Oh Dieu
Sauve cet enfant
   — traduction française
par Nanehlala ( Poems For Neda )
   — From “The Weeping Willow Sings” by Douglas Gilbert
Books(English) by Douglas Gilbert

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s